PortailAccueilCalendrierFAQRechercherDernières imagesMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Incarnez le personnage de votre choix ou créez de toute pièce un personnage inédit !
 
-34%
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] SAMSUNG Galaxy S20FE 128Go 5G Bleu à 329€
329 € 499 €
Voir le deal

En suivant la piste de l'oracle
Invité / non validé
Invité / non validé
La Conteuse
pic-profil
Messages :
31
Date d'inscription :
05/05/2019

Sam 14 Nov - 1:03
Minuit... L'aube des sorcières disait-on. Liana en savait quelque chose. Son devoir était fait, et en elle-même elle se disait : « J'ai agis selon votre volonté, Pulcherrima. J'ai prévenu le gardien, d'autres mises à l'épreuve l'attendent. »

Mais ce soir, la belle oracle aux cheveux noirs n'avait pas été attirée que par le puissant guerrier de Suryan. Le combattant qui dormait en lui attendait son heure. Elle sera là, près de lui... la femme de ses visions, celle qui participerait à son éveil, une sorcière comme elle.

Il n'était plus minuit quand elle arriva à la lisière du bois. Elle devait partager ses visions, ce que la déesse avait pu lui partager. Le guerrier et la sorcière arrivèrent avant le jour à l'entrée la plus fréquentée. Elle irradiait encore grâce à la nuit, et se présenta à eux

« Gardiens, si vous êtes là c'est pour servir la grande déesse Pulcherrima. En acceptant la mission, vous allez au devant de récompenses et de gloires sur vous et vos descendants. »

Elle observa un silence, les jaugeant du regard. La déesse ne s'était pas trompée, elle pouvait ressentir de grands volontés et davantage de potentiel. Ses yeux se posèrent un peu plus longtemps sur Hider, qu'elle doutait être le favori. Elle se concentra, et d'une voix d'outre-tombe, les yeux fermés, elle prophétisa :

« Entendez mes présages, héros.
« Cette nuit, une âme a été enlevée. Sa piété n'atteignit pas Puccherrima dans la soirée.
«Il est dit qu'en trouvant un champs de fleurs bleues, vous trouverez sa trace.
« Il est dit qu'après le chant du coq, il y aura un mort, et que ce mort partagera son secret.
« Il est dit qu'un traître fera ce qui est juste. »

Elle marqua un temps de pause, redevant elle-même, mais toujours lumineuse.

« Suivez la mousse, j'y ai vu un camps... et c'est tout. Bonne chance, héros. »

Et elle devint une silhouette floue qui se dissipa.

Invité / non validé
Invité / non validé
Hider Warin
pic-profil
Messages :
118
Date d'inscription :
06/03/2017
Localisation :
Amaranthe

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1700/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1700/1700)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue0/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (0/1700)
http://the-fate-of-ninja.forumactif.com http://the-fate-of-ninja.forumactif.com

Dim 15 Nov - 2:13
Début de la quête.
Arrivée au bois d'automne.


Sentez ses muscles vous porter, sentez ses sabots se poser, Hider et Dana galoper à vive allure, comme-ci les deux chevaux, ne voulaient pas se perdre de vu, peut-être qu'ils étaient effrayés par l'atmosphère qui y règne ? Pour l'homme masqué, l'obscurité des bois d'automne n’est qu’une ombre derrière elle, et cependant à leur portée, se trouve un grand mystère. Il y a dans cette obscurité une frayeur et des frissons qui parcours son corps, s'il pouvait seulement les voir, ces esprits, car ils étaient présents. Et pour voir, fallait regarder tout autour, les Gardiens n’étaient pas seuls.

Après leur arrivée aux bois d’automne, l'homme masqué finit par descendre de son destrier avec un sentiment de méfiance, une femme brune les attendait avec impatience. La voix de l'oracle était portée en direction de Hider et Dana. La voix de la sorcière était enchanteresse et douce à la fois, qu'il avait l'impression que c'était la déesse qui parlait et non l'oracle. Bien entendu, les choses sérieuses commencèrent, celle-ci donna tous les éléments nécessaires pour que les deux gardiens suivent les traces d'une mousse, car un camp s'y trouvait sur la continuité de cette route . Elle souhaita bonne chance aux deux gardiens avant que sa silhouette se fonde dans le décor sombre, comme-ci, elle n'avait jamais apparue. Cette Oracle avait des dons incroyables, il fallait maintenant poursuivre cette quête et faire équipe avec Dana, même si les choses actuelles semblaient tendues entre les deux, mais pour le bien de la quête fallait passer au-dessus de cela.

Il y a d’effrayantes nuits coupées de bruits de craquement de branches « Crac. » Au même moment, il entend l’écho d’un cri aigu venant du chemin en mousse, naturellement, l’écho répète ce même cri un peu de partout autour des deux gardiens. Hider prend la parole toujours mystérieusement.

« Nous sommes espionnés par je-ne-sais-quoi où je-ne-sais-qui ? L’attaque peut survenir de n’importe où, faites attention… » Dit-il avant de sortir son épée de son étui qui était caché par son manteau en tissu, tout en la serrant fort et en la maniant de part et autre avec une dextérité incroyable qui le rappel son lointain passé de guerrier redoutable..



|°|Apprenti Gardien|°|
|°|Apprenti Gardien|°|
Dana Yelmaz
pic-profil
Messages :
134
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1500/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1500/1500)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue217/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (217/1500)

Dim 15 Nov - 23:09
Depuis leur départ, ni lui, ni moi, n'avions causé. Et de quoi aurions-nous pu, je me le demande ! Il s'exprimait avec élégance, son masque ne pouvait pas tout lui retirer. Un masque, après tout, n'est qu'un objet, un rempart temporaire. On pouvait le défaire pour ne pas attendre, ou le laisser à tomber à force de patience. Je ne devais plus m'occuper de cet homme autrement que pour cette mission. Je craignais pourtant qu'une demande faite par une déesse puisse être hasardeuse et dangereuse, il ne fallait pas que par mégarde je me trouve sacrifier pour des dessins plus grands.

La lumière blafarde des étoiles m'était plus lumineuse, je voyais presque aussi bien de jour comme de nuit grâce à ma nature de sorcière. C'était bien pratique en dehors de la ville où il n'y avait aucun éclairage, ou pour les traques nocturnes que j'adorais. Il fallait toutefois que je ne sois pas la proie, et qu'en chaque temps je reste alerte. Les vices sont plus libérés une fois le couchés, que ce soit lié à l'argent, au sang, ou à la volupté. Le galop du cheval berçait mes pensées, l'animal était fort et rapide. Quand nous arrivâmes au bois, je le sentais fatiguer, et pour sa peine je l'attachais là où l'herbe me paraissait la mieux pour lui. Je n'avais pas repéré de maréchal ferrant, j'espère que pour le retour nous en trouvions un pour le repos et le soin des bêtes.

A l'orée du bois, une femme, grande et fascinante, nous attendait. Sa peau irradiait de l'intérieur, lui donnant un air divin et sacré. On alla à sa rencontre. Prudemment, j'y allais plus doucement, guettant d'éventuels intrus. L'oiseau nous avait indiqué cette oracle là où c'était prévu, pour l'instant ça allait encore, et je pouvais faire changer d'avis. Sans attendre, elle nous rappela le mandataire de cette requête. Je tiquais en entendant le mot « récompense » mais passait sur le mot gloire. La ritournelle finie, elle nous regarda tour à tour, s'intéressant à l'homme masqué un peu plus. Je fis pareil, me demandant si c'était un signe ou quelque chose. Je savais que les mots prononcés n'étaient jamais suffisants pour fournir toutes les informations. Après un moment silencieux, elle nous fit part de ses visions en ces mots :

« Entendez mes présages, héros.
« Cette nuit, une âme a été enlevée. Sa piété n'atteignit pas Puccherrima dans la soirée.
« Il est dit qu'en trouvant un champs de fleurs bleues, vous trouverez sa trace.
« Il est dit qu'après le chant du coq, il y aura un mort, et que ce mort partagera son secret.
« Il est dit qu'un traître fera ce qui est juste. »


Un dernière fois, elle s'exprima pour nous indiquer le chemin avant de disparaître sans nous dire au revoir. Champs de fleurs bleues, mort, traître. Mort.Traître. Mort... traître... traître. Ce dernier mot résonnait en boucle dans ma tête. J'en avais le souffle coupé. Oui, oui, je savais qu'il y avait quelqu'un en danger de mort, le chant du coq, et cetera, mais « traître » c'était ce qu'il y avait de plus percutant par rapport à ce que je savais et ce que je ne savais pas. J'observais la mousse sur les arbres instinctivement, comme mon partenaire, silencieusement. J'avais peu de mal à la voir et me guidais sans mal, bien que je restais en retrait. Je ne comptais pas me laisser trahir et mourir avant le chant du coq, ça non !

Il y eût un craquement, puis une sorte de cri. Frontalement, un son aigu nous parvins, et nous fûmes tout deux sur nos gardes. L'inconnu masqué sortit son épée, et cessant mes réflexions je l'imitais, lui donnant raison sur le temps gagné, puis me plaçai dos à lui. Le cri strident fut reprit tout autour de nous. Je distinguais des silhouette qui se détachait des arbres et des buissons, mais ma vision nocturne ne suffisait pas à comprendre ce qui nous encerclait. Des hommes ? Des démons farceurs ? Qu'étaient-ce ? Mon compagnon de quête conseilla de faire attention, ce qui me fit lever les yeux en l'air ; le traître qui dit ça ! Je me gardais de toutes réflexions. C'était la nuit, c'était le temps des sorcières... Sauf que j'avais rater un courant d'air sur un oiseau ridicule et sans défense...

« Gardez les yeux ouverts. »

Me faisant violence, j'ignorais ce souvenir ridicule encore tout chaud et fermais les yeux pour me concentrer. Je visionnais intérieurement une boule de lumière... la nuit est au sorcière, même sans l'astre lunaire... N'est-ce pas ? Je devais arrêter de douter, bien que la situation était stressante et le moment mal approprié pour méditer. J'ouvris les yeux et ouvris ma main gauche, bras tendu devant moi, puis récitais :

« Astre de foi, astre de loi, ici, brillez pour moi ! »

Une faible lueur crépita dans ma paume, avant d'éclater rapidement, faisant un flash lumineux. Je... je me sentais nulle. Bien que c'était déjà ça, ça n'avait pas duré assez longtemps pour voir l'ensemble des alentours. J'avais pu distinguer de drôles d'humanoïdes qui se couvrirent les yeux et crièrent de plus belle.

« Un devant moi, un autre à droite, comptais-je. »

Avant de foncer, j'attendais son observation. J'étais pressée et n'aimais pas perdre mon temps avec les bêtes de la nuit. Elles étaient toujours de mauvaise augure dans mon Livre des Ombres. Je devais tirer cette histoire au claire avec l'homme au masque, et l'éliminer au plus vite si c'était un ennemi.

Invité / non validé
Invité / non validé
Hider Warin
pic-profil
Messages :
118
Date d'inscription :
06/03/2017
Localisation :
Amaranthe

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1700/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1700/1700)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue0/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (0/1700)
http://the-fate-of-ninja.forumactif.com http://the-fate-of-ninja.forumactif.com

Lun 16 Nov - 2:34
Début de la quête.
Les choses sérieuses commencent.



La vie d’un guerrier comme Hider est pleine d’imprévus, mais une chose est certaine, sa principale activité est, pour parler littéralement, de chasser les ombres. Il est un guerrier, appartenant à un lointain passé, un soldat sanctifié d’une guerre sans fin, et s'il connaît les mêmes joies et les mêmes peines que n’importe quel Terrestre, sa vie est rythmée par les batailles.

Les bois d’automne sont si morbides, les hurlements de créatures effrayèrent son destrier qui suivait les pas de l’homme masqué, pour lui montrait son inquiétude vis-à-vis de cette situation, mais Hider se mit à le tapoter amicalement au niveau de la tête pour le rassurer, tout en le mettant près d’une verdure cachée d’un arbuste, s’assurant qu’il ne se fasse pas attaquer.

Son partenaire de quête se trouvait encore à ses côtés dans les bois d'automne sinueuse et humide à surveiller son côté. Mais l'homme masqué était seul à présent dans les ténèbres, car il changea son attitude, il mit l'épée devant lui. Dans son dos, le chemin que Dana et l'homme masqué devaient prendre s’étrécissait avant de déboucher sur les eaux noires et tumultueuses. Au loin, Hider distinguait les silhouettes sombres grâce au pouvoir de Dana qui éclaira un instant la zone de leur emplacement, un détail qui le turlupina, mais pas le moment de tergiverser sur cet aspect… Une forêt de mâts pareille à un verger dépourvu de feuilles et des goules étaient présentes, voilà ce que la lumière avait révélée. Avec un haussement de ses larges épaules, Hider revint sur ses pas pour déstabiliser une futur attaque, une stratégie qu’il mit au point.

Une silhouette émergea de l’obscurité et courra dans sa direction en employant des propos incohérents. Il s’avança à sa rencontre, mais s’arrêta net. L'homme masqué scruta les ténèbres épaisses et aperçut dans un recoin un corps recroquevillé. Ce n’était qu’une ombre parmi les ombres, mais en y regardant de plus près, il distingua les contours d’une main livide et une touffe de cheveux blonds.

« C’est le cadavre d’un humain ? Avant de poursuivre : si seulement on était arrivés un peu plus tôt... Je ne pense pas que le cadavre soit lié à ce que l'oracle a dit, mais peut-être à une piste ? »

Hider resta toujours concentré, mais il analysa le corps de plus près, tout regardant quelques fois la belle demoiselle, car il ne voulait pas qu'elle soit en danger. D'après l'homme masqué et de ce qu'il voit, quelqu'un à trainer sa victime jusque dans un camp, mais un imprévu fit qu'il laissa sa victime. Or, cet homme a été poignardé à plusieurs reprises. En outre, Hider ne croit pas qu’il ait été tué ici : il n’y a pas beaucoup de sang. D'après Hider, ils étaient plusieurs à l’attaquer ailleurs, et il s’est traîné jusque-là avant de succomber à ses blessures... Voilà, la raison pour laquelle les goules sont ici, pour en faire un repas.

Brusquement, une goule se jeta en direction du corps, mais l'homme masqué transperça la poitrine violemment de la goule, qui explosa en une pluie d’ichor et de boyaux, mais celle-ci semblait encore vivante, elle essaya de s'échapper, mais Hider lui donna le coup de grâce en plein dans le crâne qui explosa en plusieurs morceaux au sol, le sang du démon laissa des taches noires et verdâtres sur la verdure. L’homme masqué recula vivement le corps, mais l’acide visqueux contenu dans le sang de la goule avait déjà commencé à ronger la botte de la victime, Hider enleva la botte du cadavre et jeta loin, elle atterrit dans une flaque d’eau boueuse et se mit à fumer… Quant au goule, il avait disparu, reparti dans son enfer originel, non sans avoir semé le chaos derrière lui.



|°|Apprenti Gardien|°|
|°|Apprenti Gardien|°|
Dana Yelmaz
pic-profil
Messages :
134
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1500/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1500/1500)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue217/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (217/1500)

Mer 18 Nov - 22:05
Je m'interrogeais sur la nature de ces créatures étranges. Elles me rappelaient quelques monstres illustrés dans de vieux grimoires, mais de toute évidence je ne les avais pas assez potasser pour m'en souvenir. Les démons pouvaient-ils être les même ici ? En supposant que oui et que ces humanoïdes morbides puissent en être, je pouvais avoir l'ascendant. Néanmoins, ce n'était pas le moment d'improviser, je devais partir du principe que ces choses là n'en étaient pas. Pendant que je pensais silencieusement, l'étranger feinta une offensive qui fit reculer les créatures. Craintives, elles réagirent de la façon espérée et se replièrent dans l'ombre. Dommage, j'aurais préféré m'en débarrasser maintenant et peut-être les examiner, bien que je devais reconnaître que c'était plus prudent.

Il partit de son côté faire quelques examens, et moi du miens. Instinctivement, je fis une prière de protection, demandant aux esprits de la forêts de me soutenir en son sein. J'aimais découvrir les mystères, qu'ils soient gais ou macabres, et permettre aux âmes de se reposer. Après une longue observation et une marche de mon côté, je ne vis rien, il n'y avait que les étranges créatures qui gardaient leur distances. Elles étaient un minimum intelligentes et devaient me considérer comme une menace. L'une d'elle lança un petit cri à mon encontre, ce qui me fit directement tenir ma garde. Pour autant, elle ne s'approcha pas, au contraire.

Je repérais le cours d'eau et fit attention au sens duquel il partait, puis revint vers mes pas. Je voyais des traces, des branchages cassés et de la verdure écrasée, peut être une lutte. L'inconnu avait trouvé de son côté un cadavre en position fœtale, poignardé en plusieurs endroits. Il l'examina et tira ses propres conclusions, supposant qu'il n'était peut être pas le mort auquel l'oracle avait fait allusion. N'étant pas plus sûre de mon avis, je haussais juste les épaules ; je me gardais de dire que les voix terrestres des dieux n'étaient pas fiables et que je ne n'avais pas foi en eux. Je m'agenouillais près de l'homme et ouvrit sa main froide et rigide, lui extirpant la touffe de cheveux blonds qu'il tenait encore, la rangeant ensuite dans ma besace. Je n'étais pas des plus conventionnelle, parfois trop scolaire face aux sujets de la mort. Je n'étais pas indifférente, plutôt stoïque.

« Qu'il est jeune... me disais-je à mi-voix. »

C'était navrant. J'étais sincèrement désolée qu'un homme en arrive à une fin si malheureuse, loin des siens, et à peine sorti de l'adolescence. Il avait peut être commis des choses graves pour en arriver là, et c'était encore plus triste. Je retournai son corps pour mieux voir les plaies, avec le plus de respect possible. Dans ma contemplation, je ne fis pas attention à l'attaque du monstre, mais l'homme masqué l'arrêta à temps. Aussi vif qu'il était grand, il avait le dessus très rapidement, son habileté à manier l'arme et à réagir lui firent gagner le combat avec l'aisance d'un homme entraîné. Ah ! Mon scepticisme revint au galop. Pourquoi diable s'était-il fait passer pour un vieillard ? J'avais à peine fini de me poser cette question que la créature explosa de part et d'autre, et ses morceaux brûlèrent les endroits où ils atterrirent.

« Je vais voir par là, il y a des traces,
dis-je à l'homme masqué avant d'y retourner. »

De ce qui venait de se passer, je déduisais qu'on avait de nombreux ennemis potentiels, entre les monstres attirés par le cadavre et les agresseurs du jeune cadavre. J'étais peu bavarde lorsque je réfléchissais, une mauvaise manie. Je retournais là où plus tôt j'avais vu des traces de lutte, les remontant cette fois, restant sur mes gardes. J'entendis des voix qui échangeaient, deux femmes. Automatiquement, je me baissai, restant à l'affût.

« … pas par là, il en manque un.
- Faisons du repérage, on peut pas partir sans ! »


Mon sang ne fit qu'un tour, car de là où j'étais, je distinguais trois tentes de fortunes, et attachés les uns à côté des autres, quatre hommes bien amochés et encore vivants. Deux femmes encapuchonnées fouillaient les sacs et défirent les tentes. Elles prirent une route opposées à l'endroit où l'étranger avait trouvé le cadavre, je repartis le plus discrètement possible.

« Nous devons fouiller ce corps, sauf si vous l'avez déjà fait, dis-je calmement. Deux femmes sont à sa recherche. Il y a encore quatre victimes, encore vivantes, par là. »

Un monstre attendait dans un buisson qu'on s'éloigne, l'étrange bête était plus agitée que les autres. Son allure décomposée me dégoûtait. Repérant qu'elle allait bondir, je l'en empêchais en bloquant son attaque avec mon épée. Me rappelant que son sang était corrosif, je fis attention à ne pas l'arrêtée trop fort, la repoussant d'un chassé au ventre j'eus l'avantage plus vite. L'exemple de l'homme masqué me restait en tête, je plantais ma lame dans son crâne et ne tardait pas à reprendre mes distances. Je crois bien que ces choses sont trop lentes et pas assez intelligentes pour un combat face à quelqu'un d'entraîné, même peu entraîné.

« Si c'est bon pour vous, libérons les prisonniers et suivons ces femmes. »

Invité / non validé
Invité / non validé
Hider Warin
pic-profil
Messages :
118
Date d'inscription :
06/03/2017
Localisation :
Amaranthe

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1700/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1700/1700)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue0/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (0/1700)
http://the-fate-of-ninja.forumactif.com http://the-fate-of-ninja.forumactif.com

Mar 29 Déc - 2:02
Début de la quête.
Les choses sérieuses commencent.



Immobile tel un arbre avec sa garde don, il a le secret, ayant le poids sur le pied arrière, c’est davantage une position de passage qu’une garde dans laquelle il va rester même si rien ne l’empêche. Comme avait annoncé l’oracle sur les étapes concernant la quête, les deux gardiens sont sur la bonne voie. Cet endroit dégageait quelque chose de sombre et d’épouvantable. Au départ, l’homme masqué avait des doutes sur le fait que cette jeune gardienne soit qu’une femme à l’épée, même si, elle n’avait sans doute rien à cacher contrairement à Hider, surtout derrière son masque, il est impossible à cerner.

Il avait vu dans sa gestuelle, que son regard était similaire à ceux de l’oracle, de plus elle avait récupéré une touffe de cheveux de la main crispé du cadavre, comme si, avant sa mort, il avait arraché une petite touffe de cheveux de son assaillant, un signe qu'il s’était débattu jusqu'à la mort, qu’elle rangea sous le regard discret de Hider. Mais ce n’était pas sa préoccupation, juste des détails qui confirme ses premières idées, bien qu’il ne la juge pas… Il regarda de nouveau la mince silhouette recroquevillée, il chuchota une prière à la déesse de ce monde pour le défunt pour qu’aucune créature bafoue son repos éternel. Hider prit la peine d’enterrer le corps du jeune homme afin qu’il puisse avoir une fin outre que celle d’être le repas de ces créatures immondes. Il creusa un trou assez profond et met décemment la victime à l’intérieur et referma ce trou. Après cet acte, le guerrier masqué fonça le visage ; comme s’il était intrigué par quelque chose. Dana ayant trop vu de signes, surtout qu’elle venait également d’annihiler une goule d’une grande dextérité, montrant ses qualités de combattante.

« Si c'est bon pour vous, libérons les prisonniers et suivons ces femmes. Avant que l’homme masqué lui réponde d’un ton calme.
__  Ces quatre victimes risquent de connaître le même sort si nous n’intervenons pas, cependant je préfère contourner le lieu du campement, j’en ai bien peur que ce sera un piège si nous passons par là… Pour tout vous dire, j’ai un plan en tête, mon intuition me dis que cela n’est qu’un subterfuge de ses deux guerrières pour attirer d’autres victimes. »

Elle resta silencieuse et pensive, avant que l'homme masqué poursuit dans un petit monologue. Les deux compagnons marchèrent accompagnés du destrier en contournant le camp comme convenu. Sur le chemin, l'homme au masque eu à transpercer à coups d'épée et de flèches quelques goules qui étaient sur leurs traces. Après quelques minutes de marche, il lève les yeux et vit de la fumée. Sûrement du feu allumé par les humains d’où venait ce jeune homme enterré un peu plus tôt par l'homme masqué. Ils se rapprochèrent alors de l’endroit d’où venait cette fumée. Arrivé le plus proche possible de l’endroit et sans réellement savoir à quoi ils s’attendaient, Hider et Dana se réfugiaient derrière un buisson pour observer ce qui se passait dans ce camp de fortune. Sur ce feu, on y voyait de la viande d’un animal. Certainement une de ces créatures affreuses de la forêt. Sur des poteaux en bois, des hommes et des femmes étaient attachés des mains. Ils avaient l’air si affamés.

« Ils sont retenus en otage eux aussi. Dit l'homme masqué. En additionnant les quatre otages que vous avez vue tout à l’heure, nous arrivons à dix otages. Nous allons les attaquer par surprise avec nos flèches. Nous allons en descendre quelques-uns avant de détacher les otages et fuir vers le sud, mais je sens quelque chose d’étrange au plus profond de moi… »

Le guerrier masqué décrocha son arc. Il n’avait que trois flèches. Chacune des flèches devrait éliminer un mercenaire pour que le plan fonctionne. D’un geste sûr et très rassurant, Hider plaça la première flèche dans l’arc, visa et toucha un des mercenaires qui surveillait l’entrée du camp. Sa chute ne se fit pas ressentie, car il se trouvait à une position à l’abri des regards. Il décrochait la deuxième flèche, mais plus rapidement que la première. Tira avec toute sa puissance. Cette fois-ci, la flèche transperça la poitrine de l'individu avant de tomber près du feu. Il s’affala dans le brasier. Les autres furent alors alertés et tous se mirent en position de guerre.

« Je sais que ce n’est pas le moment… Je m’appelle Hider Warin… Sans vous, mon plan ne fonctionnera pas, les deux guerrières que nous avons vus tout à l’heure grâce à vous, elles sont dos à nous, je vais vous laisser vous en occuper, j’ai comme le sentiment qu’elles sont une victime avec eux, donc nous passons à onze victimes. Votre agilité nous sera d’une grande utilité, je vais attaquer de face le reste des opposants pour vous laisser le champ libre, dès que l’occasion se présente, vous allez sauter du destrier pour arrêter ses guerrières pour les surprendre. »

De son côté, Hider ne perdit pas de temps. Il grimpa sur son destrier, lance à la main. Il lança la lance en plein front à son premier adversaire pour le distraire. A court d’arme de combat à distance il n’avait plus que deux options : son épée et son bouclier accroché à son destrier. Grâce à ce dernier, il se protégea des tirs de flèches ennemies tant disque le destrier courrait à vive allure vers ce qui allait devenir un vrai champ de bataille dans quelques secondes. Près de son premier ennemi, Hider ne se fit pas prier pour transpercer son vis-à-vis.

« Je vous couvre… ».



|°|Apprenti Gardien|°|
|°|Apprenti Gardien|°|
Dana Yelmaz
pic-profil
Messages :
134
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1500/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1500/1500)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue217/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (217/1500)

Jeu 21 Jan - 13:21
Prenant ses silences pour une approbation, je m'apprêtais à reprendre la route lorsque je constatai qu'il creusait une tombe pour le macchabée. Je levai les yeux au ciel, trouvant que c'était une perte de temps, surtout que nos outils pour cet ouvrage étaient assez sommaires. J'avais probablement effacé de mon cœur ces rituels superflus, ce soit disant respect aux morts. Une habitude que j'avais prise sur les champs de bataille, où le temps des vivants primaient sur ceux qui dormaient face à l'éternité. Je comprenais cette attitude vis à vis de la dépouille, mais je ne l'approuvais pas. Pendant qu'il creusait, je fouillais le cadavre avec un minimum de précaution. Je ne trouvai rien d'intéressant sur lui, juste un dessin gribouillé d'une femme et un morceau de craie. Je finis par aider mon compagnon de fortune sans faire de remarque, retournant déjà à mes pensées.

J'écoutais son hypothèse sans émettre la mienne. Pour lui, les quatre prisonniers ne seraient qu'un appât. Pour moi, les deux rôdeuses avaient plutôt l'air pressées, pour un piège il était mal ficelé. Elles agissaient dans la hâte et avaient du improviser avec le fuyard. Ce jeune homme avait des réponses qu'il ne pouvait plus me donner, et sans mes pouvoirs ni mes alliés je ne pouvais l'interroger. Je me mis comme objectif de capturer ces femmes, et comme je n'avais pas de plan, je préférais suivre celui du faux vieillard. Il n'empêche qu'il était plus qu'utile et nous débarrassait des quelques goules qui voulaient nous ralentir. De mon côté, j'étais trop préoccupée pour m'inquiéter de ces monstres lents. Je me sentais en sécurité avec cet étranger qui semblait aimer prendre les devants et était habité de moralité ; à l'évidence, le genre d'homme parfait pour divaguer en cas d'attaques de ce genre.

Bientôt, de la fumée fut visible, ce qui nous incita à être encore plus discrets que nous l'étions. A l'odeur, je devinais sans l'avoir encore vu qu'un repas se préparait. Nous arrivâmes près d'un second campement. Avant d'agir, nous observâmes les différents éléments à notre disposition ; tentes en peaux de bêtes, otages liés les uns aux autres, quelques sentinelles... Mon sixième sens me disait que quelque chose m'échappait. Les deux rôdeuses de toute à l'heure étaient là, mais ce n'était pas encore ce que je cherchais. Je n'avais écouté que d'une oreille peu attentive ce que disait le guerrier masqué, mais il me semblait avoir compris son nom nom et le reste était du charabia. Je perdais ma concentration, et cela commençait me déranger. Je compris un peu tard que mon partenaire allait se lancer dans une bagarre après avoir abattu quelques cibles stratégiques.

« … vous allez sauter du destrier pour arrêter ses guerrières pour les surprendre. »

Je venais de comprendre ce qui me tracassait. Outre le fait qu'en face ils étaient bien plus nombreux et que je ne savais rien de ce Warin, je n'étais pas prête à mener un combat aussi gros sans y être psychologiquement préparée. A part quelques parties de chasse, cela faisait bien des années que je n'avais pas pourfendu d'êtres conscients et civilisés. J'avais bien quelques automatismes, mais rien de transcendant... Et je n'étais plus aussi à l'aise qu'avant. J'avais réussi à arrêter de me battre, un peu contre ma volonté je l'admets, et me revoilà dans un combats !

Je sus réagir assez vite toutefois, les vieilles habitudes ne se perdaient pas ainsi. En même temps que lui, je pris place sur ma monture. Quand ce fut mon tour d'intervenir, je sus prendre en chasse les rôdeuses. Elles tentèrent de prendre refuge dans les bois, mais grâce à ma vision ce fut facile de les rejoindre et les arrêter, même à pieds. L'une d'elle voulut se défendre et m'attaqua, ce qui encouragea l'autre à en faire autant. Je ne m'attendais pas à ce qu'elles soient aussi douées, la première avait même beaucoup de force dans ses coups. Elles me forcèrent à me retrancher sur la défensive, jusqu'à ce que je puisse profiter d'une faille. Plus agile, je réussis à tuer la plus forte des deux, me glissant sur son flanc avant de le perforer de ma lame. Cela n'arrêta pas la survivante, qui se débattit jusqu'au bout, mais seule elle ne faisait pas le poids. Je parvins à lui faire une prise et à l'attacher.

« Arrête de gesticuler ! exigeai-je. Je veux seulement parler.
- J'ai rien à te dire !
grogna-t-elle.
- Bien sûr que si,
ris-je. On veut tous quelque chose. Moi, ce sont des informations. Pour les avoir je suis prête à te torturer.
- …
- Ces créatures anthropophages s'en chargeront pour moi. Elles viendront d'abord pour ton amie, ensuite pour toi. »


Ma menace parut plus inquiétante lorsque les monstres, attirés par le sang, commencèrent à se regrouper autour de nous. J'aimais voir l'angoisse hanter le visage de ma proie. Elle n'était pas préparée pour des combats trop lourd contrairement à sa compagne, elle devait avoir le rôle de se faufiler pour porter des coups vifs et précis et pouvoir se désister rapidement. Mais je ne me fiais pas qu'à sa tenue, elle était probablement bien plus adroite et coriace qu'elle n'en avait l'air. Elle regarda les créatures menaçantes avec autant de peur que de dédain, je voyais bien qu'elle ne voulait pas me montrer ses craintes.

« Quand je t'ai attaché les poignets, j'ai vu ton médaillon. Que représente-t-il ?
- C'est un secret pour personne... je fais partie de l'association Norsca. Toi, t'es bien une gardienne ! A vous mêler de tout sans rien comprendre !
- Qu'est-ce que je dois comprendre alors ?
- Mirzam n'est pas aussi mauvais que le prétendent les disciples de Pulcherrima. Il peut nous offrir de la puissance, l'abondance, la reconnaissance ou la gloire. C'est pour ça que je me bas en représentant Norsca.
- Des promesses empoisonnées tu veux dire ! Tes fables, je m'en fiche. Je suis à la recherche d'un individu, un serviteur de cette Pulcherrima. Que peux-tu me dire à ce sujet ?
- Jure que tu laisseras pas les goules me dévorer !
- Euh... et bien... soit, je jure que les goules ne te dévoreront pas si tes confidences en valent la peine.
- Notre nouveau prêtre veut en faire un sacrifice. Avec l'otage que nous avons perdu, plus celui-là, nous devons en offrir treize. Il devait être exécuté en dernier. Toi et ton ami, vous pourrez pas l'en empêcher ! Si les goules sont déjà là, c'est qu'elles ont senti la force de Pulcherrima s'affaiblir.
- Où pouvons-nous assister à la cérémonie dans ce cas, à défaut de l'en empêcher ?
- …
- Je te laisserai ici vivante pour que tu sentes chacun de leurs crocs si tu me le dis pas !
menaçai-je avec sérieux.
- Les chutes... lâcha-t-elle avec honte. »

A la fin de son ultime confession, je la tuai aussitôt, ne tenant pas mon gage entièrement. Ces campements n'étaient donc que des transitions, ils devaient faire une escale pour des raisons techniques. L'évasion de l'un d'entre eux avait peut-être forcé la séparation en deux, le temps des recherches. Le problème, c'est que l'oracle nous avait parlé du sauvetage d'un seul homme, pas de ses douze petits copains à se coltiner ! A force, nous ne ressemblerons qu'à une joyeuse compagnie en visite touristique. Je savais qu'il ne fallait pas faire confiance à cette voyante, qu'importe les visions elles étaient toujours vaseuses, sans rien de bon à la clé ! Je retournai sur mes pas, où mon partenaire avait fait un sacré nettoyage. Il libérait déjà les otages tandis que je lui expliquais mes petites découvertes.

« Ces gens sont destinés à l'autel. Celui que nous devons sauver d'après l'oracle se trouvent aux chutes. Mais avec des civils, nous aurons plus de mal...
- Nous connaissons une cachette près d'ici, il faudra seulement nous y escorter, dis l'un des otages.
- Faisons ça après avoir récupérer les quatre qui manquent. »


C'était peut-être la partie la plus facile, même si les victimes étaient fatiguées et affamées. L'une d'entre elles récupéra la viande pour la manger plus tard, après que nous ayons libéré le second groupe laissé à l'abandon. Finalement, c'était bien un piège comme l'avait supposé l'inconnu masqué, mais ils ne nous avaient pas été destinés. A présent plus nombreux, les goules ne s'attaquèrent pas à nous jusqu'à nous mettions les réfugiés à l'abri. On fut gracieusement remerciés, ce qui pour moi était chronophage et je me montrais quelque peu expéditive. Une fois seuls et éloignés, j'entamai la conversation.

« J'ai déjà chassé près d'ici, les chutes ne sont pas loin. Nous y arriverons un peu avant le chant du coq, comme l'a dit l'oracle. »

Curieuse, je ne pus me retenir.

« Dites-moi Warin, pourquoi vous cachez-vous ? Avez-vous des ennemis pour devoir jouer les vieillards ? »

Invité / non validé
Invité / non validé
Hider Warin
pic-profil
Messages :
118
Date d'inscription :
06/03/2017
Localisation :
Amaranthe

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1700/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1700/1700)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue0/1700En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (0/1700)
http://the-fate-of-ninja.forumactif.com http://the-fate-of-ninja.forumactif.com

Lun 17 Mai - 21:29
Début de la quête.
Le traître.



Après cet affrontement et les réfugiés mis en sécurité, les choses se tassaient et les agressions des goules cessaient. Du moins, ça en avait tout l’air. Cela réjouissait les deux compagnons qui pouvaient à présent tranquillement discuter. Dana marchait auprès de ce dernier. C’est donc à ce moment que Dana entamait de manière anodine une conversation. Elle ne se doutait pas que cette discussion aller lui révéler pourquoi Hider gardait toujours son visage recouvert de ce masque ; pas très élégant. En effet, de cette discussion très instructive, Dana sut que Hider était un guerrier et non un vieillard. La voix de Dana perturba l’esprit de l’homme au masque, il répondu d’un ton nostalgique.

-Je n’ai pas d’ennemis qui me poursuivent, car mon royaume n'existe plus… Dit-il tout en ce touchant la tête, comme s’il a été interrompu.

Le reste du trajet fut silencieux. On pouvait juste entendre les cris des diverses créatures de nuit et les pas de Hider Dana qui claquaient contre le sol.
Sur le chemin menant vers l’emplacement d’un abri, ils aperçurent un homme blessé. Par bonté d’âme, Hider courut vers lui pour le secourir. En retournant l’homme, il comprit qu’il s’agissait de Gildas ; un des fidèles de la déesse. Gildas était légèrement amoché et marcher encore plus pourrait empirer son état. Il fallait donc le soigner et l’endroit pour le faire correctement était chez l’oracle, mais ils étaient beaucoup trop loin. Il fallait donc se dépêcher. Hider, de sa force fit monter Gildas sur son épaule droite. Pour pas inquiété Dana, il lui expliqua que cet homme est un priant de la déesse Puccherrima.

Après un temps de marche, en suivant les instructions de la séduisante Dana, les voilà devant un champ de fleurs bleues et en plein de celle-ci, se trouva une tente. Cette dernière était éclairée par une lanterne et on pouvait y voir la silhouette d’une personne. De loin, c’était impossible de savoir si c’était une femme ou un homme. Les deux acolytes n’allaient pas tarder à le savoir, car ils entraient dans la tente. C’était un homme.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, Hider demanda de l’aide afin qu’il puisse l’aider à soigner cet homme. L’aide fut généreusement apportée par une femme. Gildas est donc soigné et laissé à lui-même au-dehors. Pendant ce temps, la jeune femme, Hider et Dana discutaient dans cette tente.

- Je vais aller droit au but, commençait par dire la jeune femme. Vous devez retrouver un homme et c’est ce dernier qui doit vous révéler ce que vous devez savoir. Je ne suis qu’un simple intermédiaire, l’oracle, ma fait part qu’un homme au masque et une sorcière arriveraient. Je vous conseille de faire vite, car les choses ne vont pas en s’améliorant. Une grosse menace plane sur l’île d’Amaranthe et il faut déjouer cela. Je ne sais pas vraiment ni quand, ni où, ni par qui, mais je sais que quelque chose de grave va arriver.

À ces mots, Hider bondit de la tente. En effet, Hider trouvait cette situation très étrange. À sa grande surprise, il ne voyait plus Gildas. Ce dernier a dû quitter les lieux dès qu’il s’est senti mieux. Ce n’est pas dans l’habitude de Gildas de partir sans dire quoi que ce soit. Hider repensa aux paroles enchanteresses de l’oracle.
« Il est dit qu'un traître fera ce qui est juste. »

- Le traître n’est d’autre que Gildas…

Dana et Hider prirent le chemin vers le champ des fleurs bleue qui allait être un lieu décisif pour eux. Durant le trajet, ils s’arrêtaient deux fois en quelques heures de marche afin de reprendre des forces.

Arrivé à destination, on pouvait sentir une présence humaine. En effet, sur la terre ferme on pouvait voir un habitat de fortune jusqu’à que l’aube éclaircisse peu à peu le ciel avec un champ de coq.

- Le jardin de fleurs bleues est peuplé de présences.
Cela ne rassurait pas Hider qui en suivant son instinct de guerrier fit sortir son épée. Il s’approcha lentement de la tente puis vit un homme qui y était allongé. La tente était bien trop petite pour contenir trois personnes. D’un mouvement d’épée, Hider fit signe à l’homme de sortir. Ce dernier prit du temps à se lever et à s’exécuter. Finalement, ils étaient tous les trois dehors.

- Qui êtes-vous ? Demanda l’homme qui était vertu d’un long boubou.
- L’oracle de la déesse nous a conduits à vous. Vous devez nous faire cette révélation afin que nous puissions nous préparer à ce qui va arriver. Dit Hider.
- Mais je viens de parler à un homme qui vient de la part de la déesse. Vous, vous êtes qui ? Demanda à nouveau l’homme.
- Nous sommes envoyés par la Déesse. Répéta Hider.
À cette réponse, l’homme commençait par se tordre de douleur. Il commençait par se plaindre d’avoir mal à certains endroits de son corps. Hider tenta donc de le soulager, mais rien ne marchait. Les deux se précipitaient donc pour demander à l’homme de répéter ce qu’il avait dit à l’homme qui était venu le voir.
- Un grand malheur va s’abattre sur nous. Commençait-il par dire d’une voie presque imperceptible. Vous êtes en danger, car les sept démons seront libérés.
- Si cela arrive, l'île d'Amaranthe sera en danger. Dit Hider.
L’homme souffrant et allongé sur le sol fit signe de la tête pour valider la réponse de Hider.
- Mais les sept démons n’étaient qu’une légende ; n’est-ce pas ?
- Aucune de ces histoires n’est une légende. Elles sont réelles. Et vous allez affronter dans les prochains jours ces monstruosités.
- Où ; quand ? demanda Hider, qui pour une fois avait de l’inquiétude dans le regard.
Les derniers mots de l’homme peinaient à sortir. On pouvait sentir que c’était la fin. Hider et Dana ne cherchaient pas réellement à savoir ce pourquoi l’homme était dans cet état. Ils voulaient juste avoir plus d’informations.
- Là, il ne pourra plus vous répondre. Dit une voix qui se tenait derrière Hider et Dana.
Les deux se retournaient, car l’homme qui souffrait venait de rendre son dernier souffle. Devant Hider et Dana, se trouvait un homme qu’ils connaissaient ; Gildas.
- J’ai dû faire semblant d’être blessé pour savoir où se trouver cet homme et l’achever. Vous ne devez en aucun cas interrompre ce qui va se passer. Dit Gildas qui était habillé avec une cape dans laquelle se trouvait un motif qui s’apparente à un champ de fleurs ; comme dans les prédictions de l’oracle.
- Non !!! S’écria Hider.
- Il ne peut plus se réveiller. Le poison a fait effet. Préparez-vous à le rejoindre. Dit Gildas avant de prendre une forme épouvantable d'une créature hideuse.
- Tu as trahi la déesse et tu as vendu ton âme… Dit Hider avant de baissé son masque, montrant une grande détermination, devant le sourire moqueur de Gildas.

Dana et Hider se tenaient côte à côte, car ils venaient de comprendre que les choses aller prendre une nouvelle tournure. Une guerre allait être déclenchée.



|°|Apprenti Gardien|°|
|°|Apprenti Gardien|°|
Dana Yelmaz
pic-profil
Messages :
134
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Gardien
Niveau:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue1500/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (1500/1500)
Synergie: 800
Points d'éxpériences:
En suivant la piste de l'oracle Left_bar_bleue217/1500En suivant la piste de l'oracle Empty_bar_bleue  (217/1500)

Mar 8 Juin - 6:07
Ainsi, j'avais affaire à un guerrier sans royaume. Un guerrier bien avare de paroles, qui ne cédait ses explications qu'avec le moins de mots possibles. Je ne voulus pas l'encombrer plus que nécessaire avec mes questions, ma curiosité pouvait être jumelle de l'indiscrétion. Ah, mais que je voulais que la seconde prenne la place de la première ! De cette façon, je ne ferais pas suffoquer ces mystères dans mon esprit. Quel visage pouvais-je dessiner sous ce masque insensible ? Quelles histoires pouvait raconter ses silences ? Ou alors, je le froisserais sans jamais savoir... C'était bien pire. Ma langue se tint un long moment, laissant les pensées se succéder intérieurement.

Amaranthe se révélait doucement à moi, bien que je n'avais pas fait de réelles découvertes depuis mon arrivée. J'avais appris le rythme d'une vie différente, fait quelques rencontres, seulement rien de palpitant. Voilà qu'en l'espace d'une nuit j'avais été missionnée avec un inconnu par une oracle, ou un piaf, c'est au choix, que j'avais tué des goules et une femmes, tout cela pour sauver un homme alors qu'on en avait sauvé bien d'autres. Quelle importance avait-il, pour cette déesse, afin qu'elle ne veuille sauver que lui ? Etait-il sa pupille, comme je le fus autrefois ? Ou peut-être son amant... J'espérais que tout cela en valait la peine. Pulcherrima n'était peut-être pas aussi capricieuse que les dieux auxquels j'ai eu à faire. Je me convins, au fond de moi, que tout cela avait du sens.

Chacun de nous garda le silence, le voyage se déroula au son des animaux nocturnes. C'était un bon temps pour chasser... pour dormir également. Parfois, je regardais discrètement Warin, et des questions me revenaient. Je me demandais si, face à tous ces événements, il se sentait aussi dubitatif que je l'étais. Quoiqu'il en fut, il n'en avait pas l'air. Il avançait d'un pas assuré, tranquille, demeurant sur ses gardes. Soudainement, il accourut, tandis que nous approchions d'un abri. Il allait vers un homme blessé. Promptement, il lui prodigua les premiers soins, tout en m'expliquant qu'il s'agissait d'un dévot de la déesse. Je regardais le pauvre homme, qui était dans un bien triste état, m'interrogeant sur les raisons de ses blessures. Mon compagnon d'infortune le porta aisément à son épaule, exactement comme le font les paysans avec les fagots de pailles. Pour ma part, je restais en retrait, je n'étais pas inspirée par ce nouvel équipier. Je comparai discrètement la touffe de cheveux que j'avais recueillie à celle qui semblait manquer à la chevelure de ce Gildas ; même couleur, même texture.

On se dépêcha prudemment de rejoindre une tente au milieu d'un champs de fleurs bleues, toutes plus superbes les unes que les autres. Au loin, nous pouvions voir que le ciel s'éclaircissait, et que bientôt l'aurore prendrait la relève pour veiller sur le monde. Par précaution, je fis un rapide tour des environs, vérifiant qu'il n'y avait rien d'anormal, pendant ce temps le guerrier mystérieux faisait soigné Gildas par une femme. Sûre qu'on ne courrait aucun danger, je les rejoignis ensuite, prenant place sans un mot à leurs côtés, croisant le prieur au passage. Je n'aimais pas beaucoup cet homme, je voulais partagé mes inquiétudes, seulement je ne trouvais pas le temps de le faire. Je me rappelais ensuite, que celui qui parle trop tard n'a point raison. Le traître n'était autre que la pauvre chose blessée partout ! L'évidence même ! J'étais en colère contre moi. J'avais fait taire ma raison et cela pouvait nous faire échouer la mission.

On ne s'attarda pas, quittant l'étrangère sans un adieu. Il fallait à présent traquer le fuyard avant qu'il ne soit trop tard. Peste et choléra ! On arriva trop tard. Trop tard, deux fois, en un temps si rapproché ? Dana ma grande, tu te rouilles ! Et puis qu'était cette manie de mettre des intermédiaires ! Cela aurait put être une sécurité, sauf qu'au lieu de cela, cette précaution se retourna contre nous. L'aube avait bientôt finit de se préparer, la nuit gardera pour elle un mort... Encore un. Avant de mourir, au lieu d'entendre sa dernière volonté, on entendit de précieuses informations. L'avant-première des réjouissances, voilà où nous étions en cet instant, Warin et moi. Le point de basculement, celui qui fera changer les choses en bien, ou en mal. En mal, pour ce billet non remboursable. Nous avions pris la mauvaise entrée, manque de ponctualité oblige. L'heure n'étant pas au sarcasme, j'écoutais le menu attentivement, tout aussi attentivement que mon partenaire ; la libérations de sept démons, et la promesse de péripéties comme savent le préparer ces créatures. Cela ira, après tout, je sais commander aux... Oh non, j'oubliais qu'ici, j'étais aussi douée pour allumer une chandelle qu'un verre d'eau ! Alors commander aux démons ! Je sentais l'angoisse et la fureur se partager mes états d'âmes. Ce n'était pas encore finit, car l'aurore avait finit de mettre sa belle robe rosée et que l'annonciateur décéda, remplacé par Gildas, vêtu d'une cape brodée du même champs de fleurs. Je me sentais inutile ici, sans mes pouvoirs, sans connaissances utiles. J'entendais les paroles du rat, qui, petit à petit, se transformait en une créature étrange, dont l'aspect déplaisant m'inspirait le dégoût. Il déballa plan et méfait, menaçant enfin de nous exterminer à notre tour. J'étais en proie à mes doutes, jaugeant mes possibilités et celles de mon équipier, bien que je fus interrompue à la fin de leur joute verbale... Il se produisit une chose impensable ! Inespérée ! Et tant attendue ! Warin baissa son masque. Pour certain, ce n'est rien d'extraordinaire. Pour moi, c'était la Providence qui agissait. Je reconnus son visage immédiatement, ses traits que j'ai rêvés tant de fois, la sagesse emprunte de son regard, son expression combative... J'avais aimé fermer les yeux pour me l'imaginer, ne jamais l'oublier. Ce n'était pas sa beauté qui m'impressionnait, c'était plus. J'étais émue, subjuguée, pendant de courtes secondes. Le Destructeurs de dieux était à mes côtés depuis des heures et des heures ! Les circonstances firent que je gardai la tête froide, me recentrant sur le combat qui s'annonçait, mais avant que l'on s'engage, je posai doucement ma main sur Warin pour le retenir, tout en lui disant à mi-voix :

« Je m'en occupe. Ce démon est indigne de vous, Votre Majesté. »

En garde, j'interférai entre le démon et le roi, éloignant ce dernier d'un chassé au flanc. Il était lourd, sa carrure imposante était bien fidèle à sa masse. Restait à savoir ce qu'il réservait, si il avait des pouvoirs ou des armes empoisonnées. Je repensais à la rôdeuse, qui m'avait confié avant sa mort que son dieu Mirzam conférait pouvoirs et richesses à ceux qui le louaient. Le roi Warin avait raison, les gens comme Gildas troquaient leurs âmes contre plus de puissance. Belle erreur que de donner un bien si précieux pour si peu.

« C'est donc toi la sorcière !
dit Gildas en se redressant, envoyant une boule d'énergie pour contre-attaquer. »

Je ne répondis pas, la parlote en pleine bagarre ne m'avait jamais réussi. Par contre, j'eus un vieux réflexe en voulant arrêter sa magie avec ma main gauche ; heureusement, je pus l'absorber, par contre je sentis une vive brûlure. Elle s'évapora dans l'air et il m'en envoya d'autres que j'esquivais ou que j'arrêtais avec ma lame. J'avais du mal à l'approcher, je sentais qu'il voulait me garder en position défensive, mais il lui en faudrait plus pour dominer aussi rapidement. Progressivement, je me frayais un chemin, utilisant pleinement les techniques de la danse du sabre. Aussi rapide que vive, je parvins à le contraindre aux attaques physiques. Déjà, il perdait en aisance, tandis que je regagnais la mienne. J'évitais de le blesser, le but n'étant pas de le tuer immédiatement. Il fallait qu'on en sache plus sur les plans de son dieu, cela nous permettrait de protéger au plus vite les populations et de préparer une attaque en retour. J'étais finalement assez proche de Gildas pour lui assener un deuxième chasser au thorax, aussitôt enchaîné par une attaque avec le pommeau de mon épée. J'y mis autant de force que possible, ayant la forte volonté de l'assommer suffisamment longtemps pour l'immobiliser. Il ne ferait pas de nouveau semblant d'être blessé en revanche, puisque je lui tranchai le pied sans hésitation, faisant fit du flot d'hémoglobine et de ses gémissements de douleur. Pour finir, je perçais son flanc de mon épée, tout en gardant une main dessus, récupérant mon souffle au passage.

« Où et quand ? interrogeai-je dans un souffle, reprenant les question de mon équipier.
- Aaaarg.... Pourquoi lutter ? Tu... gnnnh.... (je fis tourner la lame volontairement, ce qui semblait lui faire un mal atroce). Mirzam vous offrirait beaucoup.... beaucoup ! »

Il tenta de faire une boule d'énergie, mais je balayais sa main avant qu'il n'y arrive. Je l'avais blessé gravement, néanmoins c'était un démon. Il survivrait le temps suffisant.

« Tu as profané la confiance de Son Altesse ici présente. Et de sa déesse,
ajoutai-je accessoirement, reléguant inconsciemment cette dernière au second plan. Rien ne te sauvera, ni ton dieu, ni ta repentance. A moins que tu ne te confies. »

Il grogna et gémit plus fort sans que cela ne m'attendrisse. Restant attentive, je m'adressais au roi Warin sans quitter Gildas des yeux.

« Il semble que vous le connaissiez. Désirez-vous le questionner avant que ses blessures ne l'achèvent ? »

pic-profil

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1